Vivre et mentir à Téhéran de Ramita Navai

Partager l'article

Bonjour je vous reviens avec un autre résumé livre, la dernière fois j’étais en train de flâner entre les rayons de la médiathèque pour voir les romans disponibles, je suis tombée sur celui-ci « vivre et mentir à Téhéran » de Ramita Navai, je n’ai jamais entendu parler ni du livre ni de l’auteur, rien que le titre a réussi à me séduire.

Ramita Navai relate des histoires inspirées de faits réels, des choses qui se passent dans la société iranienne, une société déchirée entre tradition et modernité.

Ranita est une journaliste irano-britannique, réputée pour ses reportages en terrains hostiles. Elle a été rapporteur pour les Nations unies en Iran, au Pakistan et en Irak.

 

SOMAYEH est une fille adolescente, issue d’une famille modeste, entre école et maison il n’y avait rien de spéciale dans sa vie, jusqu’au jour où son cousin maternel et ses parents viennent leur rendre vitre,  Amir-Ali a eu le coup de foudre pour Soumayeh lui qui fait partie de la bourgeoisie iranienne, il a eu dans son lit toutes les filles possible et imaginable, mais son cœur a fini par battre pour sa cousine, après avoir demandé sa main, et lui promettre de la laisser poursuivre ses études à l’université, Somayeh et Amir-Ali  finirent par se marier et s’installèrent dans le nord de Téhéran.

Somayeh vécu une vie monotone, et sans intérêt car monsieur n’a pas voulu qu’elle poursuive ses études.

Après 6 mois de mariage Amir rentrait tard et s’absentait par semaine dans certains cas, sans lui donner d’explications.

Un jour Somayeh après l’absence prolongée de son mari, elle chercha dans la maison des indices, et que fut sa surprise quand elle tombe sur une boîte de DVD, en les allumant elle découvre que c’était des vidéos porno ou son mari était acteur.

En prenant sa fille et ses bagages pour aller chez sa mère, elle trouva que sa mère était dans un état lamentable, car elle venait de découvrir que son mari (le père de Somayeh) lui a menti sur ses voyages de pèlerinage, il ne partait pas à la Mecque mais en Thaïlande.

 

Amir un autre jeune homme de sud de Téhéran, un jour il reçoit un coup de fil lui indiquant un lieu de rendez-vous, il se rendra les jambes tremblantes ne sachant pas à quoi s’attendre, arrivé sur place un vieil homme l’appela lui demandant de monter dans sa voiture, une fois dans la voiture Amir demande au vieil homme de se présenter, il le fait en lui disant « je suis le juge qui a condamné tes parents… »

Amir était l’enfant unique de ses parents, un couple révolutionnaire, contre le pouvoir en place, ils organisaient chez eux des rencontres clandestines avec leurs amis contre le pouvoir, malgré toutes les précautions prises un jour la police débarqua chez eux et les emprisonnent tous les deux, après quelques moins en prison ses parents furent pondus, un beau jour de printemps.

Après la mort de ses parents Amir fut élevé par ses grand-parents paternels, une fois grand il loua un petit studio et travailla comme chauffeur de taxi, et faisait partie d’un groupe anti pouvoir.

Un jour le vieil homme l’appelle pour lui dire que la police l’a dans le viseur, et qu’il fera mieux de laisser tomber le groupe sous peine d’être emprisonné par la police.

Le juge après sa retraite à contacter tous les enfants des gens qu’il a condamné pour leur demander pardon, tous lui ont pardonné sauf Amir.

 

Leyla, une fille issue d’une famille de nord de Téhéran, qui vivaient en dessous de ses moyens, à chaque fois une dispute éclatait entre les parents quand l’argent venait à manquer, un jour les parents se séparent et Leyla se retrouva à vivre avec son père et sa belle-mère, à force de problèmes elle décida de se marier avec un gars qu’elle a rencontré en boîte de nuit, mais leur mariage ne fit pas long feu.

Divorcée elle se retrouva contrainte de louer seule, un loyer qu’elle ne peut pas payer avec son maigre salaire, un jour elle part vivre avec sa copine qui pour arrondir ses fins de mois faisait de la prostitution, elle entraîna leyla avec elle dans ce milieu, avec sa beauté hors du commun elle se trouva très vite des clients fidèles, qu’elle reçut chez elle, et lui épargnaient le travail du trottoir.

Elle avait besoin de plus d’argent pour quitter le pays, elle tourna des films pornos ce qui la fait encore plus connaitre, et elle intègre le cercle d’or de Téhéran, le jour où elle décida de quitter le pays la cyber criminalité parti chez elle, et quelques jours après elle fut pondue.

 

Ce livre contient encore d’autre histoire des habitants de Téhéran, Dariush un terroriste repenti, Farideh une femme veuve, Bijan un fanatique d’armes, ce livre décrit le contraste de la société.  Une société déchirée entre prostitution, drogue, … et le poids de la tradition, une société où t’es obligé de mentir pour pouvoir survivre.  

Bonne lecture

One thought on “Vivre et mentir à Téhéran de Ramita Navai

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *